Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 10:16

  

 

  

 

33                THEOSOPHIE

 

 

                                                                          

 

         

 

 

                Il n'y a pas de religion supérieure à

          la vérité  

 

 

 

 

 

                         H.P.Blavatsky

                         (1831 - 1891)

 

 

 

                                                   

                                           

                                                             

 

 

 

                                                                                 Lotus JLS

 

 

 

 

               "C'est du bourgeon du Renoncement au Soi que jaillit le doux fruit de la Libération finale.

Il est condamné à périr celui qui, par crainte de Mâra s'abstient d'aider les hommes, de peur d'agir pour Soi. Le pèlerin qui voudrait rafraîchir ses membrre fatigués dans les eaux vives, mais n'ose s'y plonger par la frayeur qu'inspire le courant, risque de succomber à la chaleur. L'inaction basée sur la peur égoïste ne peut produire que du mauvais fruit.

          Le fidèle égoïste vit sans but. L'homme qui n'accomplit pas la tâche qui lui est assignée dans la vie a vécu en vain.

          Suis la roue de la vie ; suis la roue du devoir envers race et famille, ami et ennemi, et ferme ton mental aux plaisirs comme à la douleur. Épuise la loi de la rétribution karmique. Gagne des Siddhi* pour ta future naissance.

          Si tu ne peux être Soleil, sois l'humble planète. En vérité, s'il t'est impossible de flamboyer comme le Soleil de midi sur la montagne coiffée de neige de l'éternelle pureté, choisis alors, ô néophyte, une plus humble carrière.

          Montre la « Voie » - même sans éclat, et perdu parmi la foule - comme fait l'étoile du soir à ceux qui suivent leur sentier dans les ténèbres." (La Voix du Silence, H.P.B. BLAVATSKY)

 

 

* pouvoirs occultes gagnés par le yogi au cours de son ascèse tels que la clairvoyance, la clairaudience, perception des pensées d'autrui, rappel des vies antérieures etc., mais qui peuvent bloquer son progrès s'il est tenté de les employer.

 

                                                                     

 

 

           

                                                                         Lotus

                                                                     

                     

Rien n’est impossible à celui qui croît.

C’est dans la boue que le lotus a ses racines.

C’est dans les eaux troublées, putrides qu’il pousse,

irrésistiblement attiré par cette lumière qu’il ignore mais qu’il pressent,

et qui le tire, et qui le hausse, et le force à monter, et que soudain,

il rencontre, quand, arrivé à la surface, il la franchit.

Alors, glorieux, il s’ouvre, il s’épanouit.

 

Parole indienne             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by THEOSOPHIE-TARENTAISE
commenter cet article
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 10:04

Ceux qui se sont libérés de l'orgueil de soi, dont le discernement est devenu parfait, qui ont surmonté l'erreur de l'attachement à l'action, qui s'adonnent constamment et avec dévotion à la méditation sur l'Esprit Suprême, qui ont renoncé au désir et se sont libérés de l'influence des opposés, connus comme le plaisir et la douleur, ceux-là échappent à l'illusion et atteignent le lieu qui dure à jamais.

(Bhagavad-Gîtâ, XV)

Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 07:14

La Compassion n'est pas un attribut. C'est la LOI des LOIS, l'Harmonie éternelle, le SOI d'Âlaya* ; essence universelle et sans rivages, c'est la lumière de l'immuable Justice et de l'harmonieuse disposition de chaque chose dans le tout, la loi de l'éternel Amour.

 

Plus tu t'unifieras avec elle, ton être se fondant dans son ÊTRE, plus ton Âme s'unira avec ce qui EST, plus tu deviendras COMPASSION ABSOLUE**

 

(La Voix du Silence, H.P. Blavatsky)

 

 

*La « Compassion » en question ne doit pas être envisagée sous le même jour que « Dieu, l'amour divin » des religions monothéistes. Elle représente ici une loi abstraite et impersonnelle, dont la nature (qui est Harmonie absolue) est jetée dans la confusion par la discorde, la souffrance et le péché.

 

**Âlaya (skt) B, T. Littéralement : réceptacle, ou asile. H.P.B. l'emploie au sens d'Âme Universelle, Âme du Monde* ou Sur-Âme. Étemelle et inchangeable dans son essence ultime, cette « Grande Âme » devient « la base de chaque chose visible et invisible » et « se reflète dans chaque objet de l'univers, " comme la lune dans une eau claire et tranquille "  » (cf. S.D. l, 47 et seq.). Âlaya considéré comme « Mère du Monde » , ou « Mère universelle » est à rapprocher d'âkâsha* dans son sens mystique. Également, comme base ou racine de toute chose, Âlaya correspond à la substance primordiale (mûlaprakriti) du cosmos ( T .G.). Pour tout homme, Âlaya représente le pôle spirituel de sa vie intérieure, le Maître* par excellence, qui constitue finalement, de façon effective, « le Soi d'un Adepte* avancé » (S.D. l, 49).

 

 

Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
30 avril 2017 7 30 /04 /avril /2017 19:03

Apprends, ô Naljor*, toi qui suis le Sentier Secret, que ses eaux pures et fraîches doivent servir à rendre plus doux les flots amers de l'Océan, cette puissante mer de douleur faite des larmes des hommes.

 

(La Voix du Silence, H.P. Blavatsky)

 

* Naljor [rNal'byor] (tib) B. La réalisation (jor) de l'état paisible (nal) de contemplation. Mot correspondant à yoga (skt). Le naljorpa (féminin : naljorma) est celui qui s'adonne au yoga, un yogin (fém. yogini). H.P.B. a utilisé ce mot, orthographié narjol, pour désigner un saint Adepte.

 


Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 08:15

Aide la Nature et travaille avec elle ; et la Nature te considérera comme l'un de ses créateurs et fera sa soumission.

 

Et devant toi elle ouvrira tout grands les portails de ses chambres secrètes et mettra à nu sous tes yeux les trésors cachés dans les profondeurs de son sein pur et vierge. Impolluée par la main de matière, elle ne montre ses trésors qu'à l'œil de l'Esprit, l'œil qui jamais ne se ferme, l'œil pour lequel il n'y a nul voile dans tous ses royaumes.

 

(La Voix du Silence)

 


Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 20:34

Faites comprendre une bonne fois aux hommes qu'aucun d'eux ne possède toute la vérité mais que leurs points de vue se complètent mutuellement, et que l'on ne peut trouver l'entière vérité que dans la combinaison de tous ces points de vue, après en avoir éliminé ce que chacun d'eux avait de faux, alors, la véritable fraternité en matière de religion sera établie.

(La Clef de la Théosophie)


Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 08:59

Nul Arhat*, ô Lanou (Disciple), ne devient tel dans l'incarnation où l'Âme commence à aspirer pour la première fois à la libération finale. Cependant, ô toi au cœur plein d'impatience, à nul guerrier s'offrant volontairement à combattre dans la lutte acharnée entre le vivant et le mort**, à nulle recrue ne peut jamais être refusé le droit d'entrer dans le Sentier qui mène vers le champ de la Bataille.

 

(La Voix du Silence, H.P. Blavatsky)

 

* Arhat (skt) B. Pâli : arahant, cingalais : rahat, chinois : lohan. Littéralement : « méritant » (à ne pas confondre avec ârya, « noble »). En bouddhisme hînayâna : celui qui a atteint le quatrième stade du Quadruple Sentier* ; libéré des chaînes du désir, il a gagné le niveau du nirvâna*. Nom souvent donné aux grands dignitaires du bouddhisme. L'arhat (du hînayâna) est parfois opposé au bodhisattva* (du mahâyâna) qui renonce au fruit du nirvâna, mais H.P.B. ne fait pas cette différence. Elle en parle parfois comme d'un « initié aux mystères ésotériques » (T.G.). Quoi qu'il en soit, l'arhat possède la maîtrise de grands pouvoirs paranormaux.

 

** Le « vivant » est l'Ego Supérieur immortel et le « mort » l'ego personnel inférieur.

 

Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 08:49

« As-tu accordé ton cœur et ton mental au grand mental et au grand cœur de tout le genre humain ? Car, de même que la voix mugissante du fleuve sacré fait écho à tous les sons de la Nature *, ainsi le cœur de celui qui voudrait " entrer dans le courant " doit vibrer en réponse à chaque soupir et à chaque pensée de tout ce qui vit et respire. »

(La Voix du Silence, H.P. Blavatsky)

 

* Les bouddhistes du Nord, et tous les Chinois en fait, discernent, dans le bruit profond émis par certains des grands fleuves sacrés, la note tonique de la Nature, d'où cette comparaison. C'est un fait admis en Physique, ainsi qu'en Occultisme, que l'agrégat des sons de la Nature comme celui qu'on peut percevoir à distance dans le mugissement des eaux des grands fleuves, dans le balancement sonore du faîte des arbres des vastes forêts, ou dans le bruit étouffé d'une ville éloignée - correspond à une note unique et définie, d'une fréquence tout à fait appréciable. Physiciens et musiciens sont d'accord sur ce point. Ainsi, le Prof. Rice (dans son ouvrage Chinese Music) montre que les Chinois ont reconnu le fait il y a des millénaires, en affirmant que « les eaux tumultueuses du Houang-Ho [Fleuve Jaune] font entendre le kung », qui est « la note fondamentale » [de la gamme pentatonique] en musique chinoise. Et il fait ressortir que cette note correspond au Fa, « considéré par les physiciens modernes comme la véritable note tonique de la Nature » . Le Prof. B. Silliman en parle également dans ses Principles of Physics. où il déclare : « On considère ce ton comme étant le Fa moyen du piano ; il peut donc être pris pour la note tonique de la Nature. »


Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 21:19

Par un manque de compréhension de notre véritable nature, en ne comprenant pas la Fraternité Universelle, nous nous acquittons mal de nos devoirs sur notre propre plan, et n’aidons qu’imparfaitement l’évolution des règnes inférieurs. Nous ne pouvons comprendre notre responsabilité envers eux qu’en réalisant que chaque être est en train de s’élever ; que tous ceux qui sont plus avancés que l’homme ont été des hommes autrefois ; que tout ce qui est inférieur à l’homme atteindra un jour son niveau, quand nous-mêmes serons plus avancés ; que chaque forme, être ou individualisation ne représente qu’un des nombreux aspects de l’Esprit Unique.

Qu’est-ce qui se réincarne ? Robert Crosbie C.T. 181


Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 08:39

Maîtriser et vaincre le soi inférieur au moyen du Soi Supérieur. Se purifier intérieurement et moralement ; ne craindre rien, ni personne, sauf le jugement de sa propre conscience ; ne jamais rien faire à demi — autrement dit, ce qu'on croit bien, le faire ouvertement et hardiment ; ce qu'on croit mal, s'en abstenir entièrement. C'est le devoir du théosophe d'alléger son fardeau en pensant à ce sage conseil d'Épictète : « Ne te laisse détourner de ton devoir par aucun des jugements oiseux que le monde insensé peut porter sur toi, car, comme tu n'as aucun pouvoir sur ses critiques, elles ne devraient pas te préoccuper. »

 

(La Clef de la Théosophie, H.P. Blavatsky)


Repost 0
Published by theosophie-tarentaise.over-blog.com
commenter cet article